中文 | BIG5 | Español | Français | Deutsch | Русский | 日本語 | 한국어 | English
Beijing Time:
 
Le Falun Gong procède aux activités politiques anti-chinoises à l' étranger
2009-03-24  sources:Kaiwind  Auteur:

Pour propager la secte, fabriquer la rumeur et diaboliser la Chine, le Falun Gong a établi un système colossal de la propagande, y compris le journal, la station de télévision, le site, par exemple, la station de New Tang Dynasty Television, le Journal Epoch Times, le site Minghui, etc. . Selon les statistiques, la plupart des informations négatives concernant la Chine sont provenues des médias du Falun Gong.

Répandre la rumeur du soi-disant « camp de concentration de Sujiatun » dans le but de diaboliser la Chine.

Le Falun Gong a inventé sans aucune retenu les incidents de la soi-disant persécution dans le but de calomnier le gouvernement chinois et à la fois de dissimuler ses propres crimes.

Au mois de mars 2006, le Falun Gong a inventé la rumeur du soi-disant « camp de concentration de Sujiatun »: un camp de concentration établi à l'hôpital de Sujiatun, ville de Shenyang, province du Liaoning, Chine, a emprisonné 6 000 pratiquants du Falun Gong qui ont été jetés dans le crématoire après avoir enlevé leurs organes utiles. Des médias et des missions diplomatiques en Chine, y compris l'Ambassade des Etats-Unis en Chine et son consulat à Shenyang, ont tous envoyé les gens pour enquérir sur l'affaire. Et pourtant, ils ont confirmé: "Nous n'avons trouvé aucune preuve que la fonction de cet hôpital a dépassé celle d'un hôpital public ordinaire. "Le mensonge à propos de Sujiatun a été ainsi dénoncé. Mais le Falun Gong a rectifié le tir et attaqué le problème de la soi-disant «transplantation d'organes », en disant qu' « il existait dans d'autres parties de la Chine l'enlèvement d'organes sur des pratiquants vivants du Falun Gong ». Finalement, le Falun Gong a tout à fait perdu la confiance du public, car ses attaques se sont basées sur les mensonges et les accusations fausses; le Falun Gong a subi des moqueries dans le monde entier.

Organiser et planifier directement les avtivités politiques contre le gouvernement chinois.

A la fin du mois de novembre 2004, le Journal Epoch Times, un média du Falun Gong, a publié l'ariticle intitulé Neuf Commentaires sur le Parti Communiste. Et ensuite, le Falun Gong a répandu la rumeur que des membres du PCC (le Parti Communiste chinois) ont quitté leur parti et il a établi le soi-disant « centre pour quitter le PCC » et un « site du service ». Le site du Falun Gong a renouvelé chaque jour le nombre des gens de quitter le PCC à la vitesse accue de 30 mille à 60 mille. Ce nombre a été mis en question par tous les personnages et même par les personnes internes du Falun Gong. Pour dissimuler le mensonge, le Falun Gong y a ajouté ceux qui «quittaient la Ligue de la Jeunesse communiste de Chine» et ceux qui «quittaient l'Organisation des jeunes pionniers».

D'ailleurs, le Falun Gong a régulièrement dans les métropoles étrangères organisé les activités politiques contre le PCC et le gouvernement chinois, telles que le séminaire, la réunion et la manifestation et autres, surtout pendant les conférences internationales. L'activité politique de supporter « le retrait du PCC, celui de la Ligue de la Jeunesse communiste de Chine et celui de l'Oraganisation des jeunes pionniers » était un exemple.

Le Falun Gong a encore établi la soi-disant «Organisation Mondiale pour Enquêter la Persécution du Falun Gong (WOIPFG) » qui a enquêté et chicané les officiers chinois, les savants sociaux, les policiers, les journalistes et autres, même avec des attaques personnelles et des menaces mentales. Plus de 130 000 personnes étaient sur la liste de l'«enquête».

Exciter à « se retirer du PCC, de la Ligue de la jeunesse communiste et de l'Oraganisation des jeunes pionniers » dans le but de « désintégrer le PCC » et de renverser le gouvernement légal de la Chine.

Le soi-disant « trois retraits » signifie le retrait du PCC, de la Ligue de la jeunesse communiste et de l'Oraganisation des jeunes pionniers, qui est seulement une rumeur fabriquée par le Falun Gong dans le but de renverser le gouvernement légale de la Chine.

Jusqu'à la fin d'octobre 2008, d'après le site du Falun Gong, plus de 44 millions de personnes se sont retirés du PCC, de la Ligue de la jeunesse communiste et de l'Organisation des jeunes pionniers. En tant que le plus tipyque représentant, Li Hongzhi, fondateur du Falun Gong, qui n'était pas un membre de la Ligue depuis longtemps, a déclaré son retrait de la Ligue de la jeunesse communiste.

Sous prétexte des droits de l'homme et de la religion, le Falun Gong a excité d'une manière trompeuse les personnalités politiques occidentales à exclure la Chine et à lutter contre la Chine.

Après la fuite à l'étranger, Li Hongzhi s'est déguisé en victime religieux en profitant de tous les occasions pour exciter les personnalités politiques occidentales à exercer une pression sur le gouvernement chinois. Le 2 mars 2000, un Américain d'origine chinoise, pratiquant du Falun Gong, a été arrangé la présence à la séance d'audition sur Les droits d'homme de la Chine et de Tibet tenue par le comité des relations diplomatiques du Congrès des Etats-Unis, dans le but de répandre les rumeurs. Il a déclaré qu'il avait subi la persécution pendant son emprisonnement de huit jours à cause de « protéger la Loi » à Beijing il y a un mois. Le 16 mars courant, la commission internationale américaine de la liberté de religion a tenu une séance d'audition sur la liberté de religion de la Chine dans le but de préparer l'oppinion publique pour la proposition anti-chinoise. Zhang Erping, assitant de Li Hongzhi, et Wei Jingsheng, membre de l'organisation anti-chinoise, sont apparus à la séance d'audition, qui ont appelé dans le discours les pays intéressés à refuser l'adhésion de la Chine à l'OMC et se sont opposés à ce que les Etats-Unis ont donné à la Chine un statut du commerce normal pernanent.

En outre, le Falun Gong a encore activement coopéré avec des puissances anti-chinoises occidentales. De 2000 à 2004, le Falun Gong a presque chaque année fourni les soi-disant preuves pour la proposition anti-chinoise de quelques pays à la conférence sur les droits d'homme de l'ONU tenue à Genève.

Le Falun Gong a boycotté et saboté les Jeux Olympiques de Beijing. Au mois de mars 2001, à l'occasion de la visite du Comité international olympique au Canada, l'organisation du Falun Gong a tenu une conférence de presse à Toronto dans le but d'obstruer la demande de l'organisation des Jeux Olympiques de Beijing. Au mois de juin courant, le site Minghui a publié une lettre adressée au Comité international olympique qui déclarait: il fallait interdire à Beijing d'obtenir le droit d'organisation des Jeux Olympiques en 2008. Au mois de juillet 2001, quand le Comité international olympique a voté à moscou, les membres du Falun Gong y ont présenté une protestation et fait une démonstration, et en même temps, ils ont harcelé et menacé les membres du Comité international olympique par les E-mails. He Zhenliang, conseiller du Comité d'organisation des Jeux Olympiques de Beijing à ce moment là, a révélé: "Parfois, un membre du Comité international olympique a reçu chaque jour près de 200 E-mails du Falun Gong. "Le 9 août 2007, le Falun Gong a organisé le relais de la soi-disant «Flamme pour les Droits de l'Homme » dans le but de boycotter et lutter contre les Jeux olympiques. Le Falun Gong a encore répandu des rumeurs pour saboter les Jeux olympiques.

En somme, contrairement au déguisement en une organisation nonpolitique, les agissements du Falun Gong pendant ces années ont tous concerné la politique et les complots politiques de renverser le gouvernement chinois. Le Falun Gong est tout à fait une organisation politique anti-chinoise.

  
 Les articles concernés
 
 
fr@kaiwind.com  À propos de nous
Copyright © kaiwind