中文 | BIG5 | Español | Français | Deutsch | Русский | 日本語 | 한국어 | English
Beijing Time:
 
Quelles sont les politiques que le gouvernement chinois règle les problèmes du Falun Gong?
2009-03-24  sources:Kaiwind  Auteur:

Les politiques que le gouvernement chinois règle les problèmes du Falun Gong sont «d'unir, d'éduquer et de sauver la majorité des pratiquants dupés » et de «punir légalement un petit nombre des pratiquants qui ont violé la loi et commis des crimes».

A l'égard de la majorité écrasante des pratiquants du Falun Gong, les gouvernements chinois aux différents échelons n'ont pas pris de mesures de la discrimination et de l'exclusion, au contraire, qui les ont enseigné et persuadé, en les aidant, d'une manière patiente et minutieuse, à se débarrasser du joug mental de la secte Falun Gong et à rétablir une vie normale.

Voici des exemples:

Zhu Xiuzhi, féminin, vice-directeur d'une école primaire, ville de Jiutai, province du Jilin, a commencé à pratiquer le Falun Gong en 1997. Elle est allée à Beijing deux fois pour susciter des troubles. Elle a été envoyée dans l'Etablissement d'éducation par le travail surveillé, car elle a troublé l'ordre sociale. Avec l'aide de tous les milieux et celle des policiers de l'Etablissement d'éducation par le travail surveillé, Zhu Xiuzhi s'est débarrassée du contrôle d'esprit du Falun Gong. Elle a encore assisté à l'organisation des volontaires d'aide et d'éducation de la province du Jilin pour aider et éduquer les pratiquants fous du Falun Gong par ses propres expériences. Actuellement, Zhu Xiuzhi travaille encore dans le poste du professeur.

Chen Bin, masculin, né en 1945, ancien chef du bureau de l'association de l'industrie légère de la province du Shaanxi. Au mois de juin de l'an 1996, Chen Bin, en caressant un grand désir de fortifier le corps, a commencé à pratiquer le Falun Gong. Il était moniteur du site d'exercices du Falun Gong qui se trouvait dans l'Université des Communications de Xi'an. Depuis que le gouvernement chinois a légalement interdi le Falun Gong, il a illégalement suscité des troubles à maintes reprises. Au mois de décembre de l'an 2000, il a été envoyé dans l'établissement d'enseignement par le travail surveillé, parce qu'il a illégalement imprimé des documents propagandistes de la secte Falun Gong. Avec l'aide et l'éducation du Parti communiste chinois et du gouvernement chinois, Chen Bin a radicalement rompu avec l'organisation du Falun Gong. Après la conversion, Chen Bin a écrit des documents de dénonciation qui contenaient plus de 150 mille caractères chinois, et il a aidé plus de cent pratiquants fous du Falun Gong à se débarrasser du joug mental de la secte. Maintenant, Chen Bin est devenu une personnalité connue anti-secte.

Wang Jindong, masculin, né au mois de janvier de l'an 1951, citoyen de la ville de Kaifeng, province du Henan, a, depuis 1996, commencé à pratiquer le Falun Gong. Le 23 janvier 2001, Wang Jindong s'est associé avec les autres complices pour s'immoler ensemble par le feu sur la place Tian'anmen de Beijing. Cela a causé deux morts et trois gravement brûlés jusqu'à la difformité. Le 17 août 2001, Wang Jindong a été comdamné à quinze ans de prison et a été privé des droits politiques pendant trois ans. Après l'incident de l'auto-immolation, le Parti communiste chinois et le gouvernement chinois ont activement porté secours humain à Wang Jindong, et à la fois l'ont éduqué et aidé d'une manière patiente et minutieuse pour lui remédier. Sous les efforts de tous les milieux de la société, Wang Jindong a discerné le véritable visage de la secte Falun Gong et s'est finalement débarrassé du bourbier de la secte Falun Gong. Et ensuite, Wang Jindong a écrit un livre intitulé l'ignonrance, la mort et la renaissance, qui a raconté ses propres expériences pleines de vicissitudes, y comprises la pratique du Falun gong, l'auto-immolation sur la place Tian'anmen, l'éveil final et la conversion finale.

En même temps, la Chine est un pays gouverné selon les lois, dans lequel les activités de la personne ou de l'organisation ne peuvent pas dépasser les lois ni violer les lois. En ce qui concerne le petit nombre des principaux membres de l'organisation du Falun Gong qui ont procédé aux activités illégales et criminelles, les organes judiciaires de la Chine les ont puni en vetu des lois. Ce n'est pas qu'ils ont pratiqué Falun Gong, mais parce qu'ils ont procédé aux activités illégales et criminelles et ont violé les lois chinoises.

Voici le cas que Zhou Runjun et ses complices ont saboté des installations des stations de la radio-télévision. Au soir du 5 mars 2002, Zhou Runjun, Liu Weiming, Liang Zhenxing, Liu Chengjun et Zhang Wen et autres, ont respectivement coupé, avec préméditation, à Changchun et à Songyuan, province du Jilin, les câbles de la ligne principale des réseaux de télévision câblée, pour y brancher leur appareil de diffusion et par là, diffuser des documents vidéo qui propagandent la secte Falun Gong, de sorte que les programmes de télévision câblée de ces deux villes ont été interrompus et que le grand nombre des usagers n'ont pas pu normalement regarder la télévision. Le 20 septembre 2002, à l'égard du cas que Zhou Runjun et autres (en total 15 accusés), qui se sont appuyés sur la secte Falun Gong, ont violé les lois en sabotant des installations de la radio-télévision, le tribunal populaire moyen de la ville de Changchun a ouvertement prononcé des jugements et a légalement comdamné Zhou Runjun et autres (en total 15 accusés) à respectivement de 5 à 20 ans de prison.

Voilà un autre cas que Li Xiangchun a saboté les installations de la radio-télévision. Le 22 octobre 2002, Li Xiangchun (Chuck Lee, masculin, docteur), un Américain d'origine chinoise, a été arrêté par la police quand il s'est préparé à pirater la télévision câblée pour propager le Falun Gong à la ville de Yangzhou, province du Jiangsu. La police a réussi à détecter sur place des appareils du branchement et de la difussion, des couteaux servant à couper le caouchouc vulcanisé, des ciseaux servant au fer, des micro-machines à couper et d'autre appareils multifonctionnels. Le 21 mars 2003, le tribunal populaire moyen de la ville de Yangzhou a comdamné Li Xiangchun à 3 ans de prison en fonction de ses crimes de saboter des installations de la radio-télévision, en y ajoutant l'expulsion de la Chine.

  
 Les articles concernés
 
 
fr@kaiwind.com  À propos de nous
Copyright © kaiwind