中文 | BIG5 | Español | Français | Deutsch | Русский | 日本語 | 한국어 | English
Beijing Time:
 
L’expérience de LI Hongzhi de poursuivre les filles à l'âge de la puberté racontée par un de ses anciens compagnons d'armes (photos)
2013-07-18  sources:Kaiwind  Auteur:

Récemment, le Kaiwind.com a exclusivement interviewé LI Qingyuan, un des anciens compagnons d'armes de LI Hongzhi lorsque celui-ci travaillait comme trompettiste dans le groupe de propagande de la police forestière de la province du Jilin dans les années 1970. Il nous a raconté que le « bouddha principal de l’Univers », qui se prétendait avoir atteint la plénitude parfaite à l’âge d’huit ans et possédait les « pouvoirs magiques » comme transporter et fixer les objets, contrôler la pensée humaine et se faire invisible, avait également poursuivi les filles à l'âge de la puberté en dépit de la supervision stricte de l’armée.

 

Photo de groupe de LI Hongzhi, LI Qingyuan et d’autres camarades

LI Qingyuan, né en septembre 1943, habitant du bourg Taipingchuan du district Changling de la province du Jilin. Engagé dans l'armée en 1969, il a assumé les charges de chef de l’escouade, du groupe de propagande et du service logistique de la police forestière de la province du Jilin. Il était à la fois le compagnon de l’armée et le directeur de LI Hongzhi lorsque celui-ci y faisait son service militaire. Ayant travaillé avec LI Hongzhi pendant six ans, LI Qingyuan connait très bien LI Hongzhi.

 

LI Hongzhi qui soufflait la trompette

Selon LI Qingyuan, « le contrôle et la supervision de la troupe étaient bien rigoureux. Pendant ces années-là, il était interdit de tomber en amour avec quelqu’un dans l’armée et si quelqu'un viole cette disposition, il est obligé de quitter l'armée. Beaucoup plus tard, lorsqu’on a bavardé ensemble, une ou deux filles ont mentionné les actions faites par LI Hongzhi pour les poursuivre, par exemple, il leur a donné de petites lettres d'amour. Elles en ont parlé comme une plaisanterie. Il n'est pas différent avec d'autres personnes. Il a également poursuivi les filles. Chacun de nous connaît les filles qu’il a poursuivies. »

 

LI Hongzhi avec sa femme et sa fille

Il n'y a rien d'étonnant que les hommes ordinaires aient ces affaires normales, mais le « bouddha principal de l’Univers » a poursuivi les filles, c’est bien inexplicable. D’une part, aux yeux de LI Hongzhi, tous les « hommes et femmes ordinaires » sont les ordures ; d’autre part, LI Hongzhi a prétendu en public qu’il détestait l’ « amour » : « les bouddhas et les dieux n’ont pas de l’amour humain » (Voir La prédication de la loi aux Etats-Unis) ; « Ceux qui ont mal d’amour ne méritent pas notre sympathie même s’ils sont coupés en morceaux ; les hommes ordinaires prennent en charge du karma lourd comme s’ils tombaient dans le bourbier. » (Voir L’amour, qu’est-ce que c’est exactement ? ) Face à la révélation d’une vieille connaissance, nous ne savons pas comment le « bouddha principal de l’Univers » pourrait-il expliquer cette fois-ci ?

  
 Les articles concernés
 
 
fr@kaiwind.com  À propos de nous
Copyright © kaiwind