中文 | BIG5 | Español | Français | Deutsch | Русский | 日本語 | 한국어 | English
Beijing Time:
 
Les astuces de LI Hongzhi utilisées pour contrôler l'esprit de ses adeptes
2012-01-29  sources:Kaiwind  Auteur:GUO Li

Fascinés par les soutras démagogiques de LI Hongzhi tels que le « Zhen-Shan-Ren », et la « plénitude parfaite », beaucoup de pratiquants du Falun Gong perdent la raison et l'amour de famille et montrent des scènes de la tragédie. Aujourd'hui, quand ils reviennent sur le passé douloureux après sortir du bourbier du Falun Gong, leurs larmes de repentir et self-réflexion nous racontent comment cette secte hérétique nuit aux adeptes mentalement. Maintenant, je vais analyser les astuces de LI Hongzhi utilisées pour contrôler l'esprit de ses adeptes en citant des exemples que je sais.

Astuce I: inculquer les soutras hérétiques aux adeptes débutants et pratiquants généraux en profitant les crainte révérencielle, c'est un moyen usuel des sectes.

Chacun a des connaissances aveugles à cause de sa limite des expériences. Devant une chose étrangère ou inexpérimentée, on pourrait sentir une perte et peur, et générer naturellement un sentiment de dépendance et d'obéissance. Dans un tel état mental, ceux qui n'ont pas une capacité d'analyse scientifique forte pourraient croire facilement les propos des soi-disant experts ou maîtres et les suivre aveuglement. La secte hérétique profite souvent cette caractéristique psychologique de ses croyants pour diviniser le gourou et créer une image toute-puissante, omnisciente et suprême à laquelle les croyants pourraient générer un sentiment de dépendance et faire confiance. Enfin, la secte pourrait contrôler l'esprit de ses adeptes.

Monsieur TAN était un pratiquant du Falun Gong qui fait fausse route dans une secte hérétique et s'y abandonne profondément. C'est un exemple typique.

Il a entendu les soutras hérétiques du soi-disant « Zhen-Shan-Ren » de LI Hongzhi en mai 1997. Désormais, il a commencé à pratiquer le Falun Gong et s'y est abandonné petit à petit. Aujourd'hui, lui qui s'est dégagé complètement du bourbier du Falun Gong dit à l'auteur pourquoi les pratiquants ont des difficultés de sortir du piège du Falun Gong : « LI Hongzhi contrôle notre esprit en disant que 'tous mes propos sont la loi', 'toutes les parties pictographiques de caractère sont mes images du corps de la loi', donc nous ne osons pas le soupçonner. » « LI Hongzhi demande aux pratiquants de lire ses livres autant que plus afin de remplacer leurs idées par ses soutras hérétiques, donc bien que je trouve des propos paradoxaux, je n'osais pas les mettre en cause devant d'autres pratiquants dévots et fervents. Je ne pouvais que me blâmer de la pauvre perception et du niveau bas. Quand j'ai communiqué avec les pratiquants entourés, ils m'a dit leur acquis, auto-guérison, l'élimination du karma et ce qu'ils ont vu vaguement, je m'estimais pour autant très infidèle, lourdaud et rétrograde. Je ne comprenais pas les propos de LI Hongzhi dans le Zhuan Falun que « la vie après la vie, qui est ton mère, qui est ton fils… », mais je me disais : « ce sont tous les corps de la loi du maître et que je dois agir comme il dit ». Ainsi, j'ai marché dans cette voie de plus en plus loin.

Astuce II: intimider, foudroyer et persécuter psychologiquement les adeptes qui osent mettre en question le Falun Gong en profitant de leur égoïsme.

De poursuivre l'intérêt et d'éviter le malheur est une nature humaine. Un homme en bon état de santé d'esprit peut respecter les normes sociales en contrôlant complètement son idée égoïste et parvenir à l'autoglorification sans préjudice de la moralité publique et des intérêts des autres. Mais pour les égoïstes qui n'ont pas une capacité d'analyse scientifique forte, cette nature humaine est la raison clé qui leur laisse être contrôlés mentalement par les soutras hérétiques.

Pour attirer les adeptes, la secte hérétique les induit souvent aux visions fausses comme l'« auto-guérison », l' « élimination du karma » et la « plénitude parfaite ». Lorsque la secte est interrogée par certains adeptes et ne peut pas se justifier, elle prend souvent «le croyez, ou non » et « la pratique et la perspicacité ne sont pas suffisantes » comme le faux-fuyant. Elle même intimide directement ses adeptes avec « le retour du karma » et « la punition de la loi » de manière à leur faire perdre la capacité d'auto-spéculation. Sortis du cauchemar, beaucoup d'anciens pratiquants du Falun Gong nous disent qu'ils ont tous été fascinés par le beau manteau de LI Hongzhi — Zhen-Shan-Ren au début et commencé la pratique. Néanmoins, une fois qu'ils sont tombés dans le piège bien-conçu de LI Hongzhi, ils ont en fait engagé sous une contrainte sur une voie de non-retour de l'«élimination du karma », de l' « élevée du niveau » et de la « plénitude parfaite ». Malgré cela,  une fois que le « nœud » était défait, le carcan serait brisé et les pratiquants obsédés qui pouvaient payer tout pour la « grande loi » trouveraient une nouvelle vie.

Un autre pratiquant obsédé du Falun Gong Monsieur ZHANG me raconte son expérience difficile de se dégager du Falun Gong.

En juillet 1997, Monsieur ZHANG s'est mis au rang des pratiquants du Falun Gong en ajoutant foi aux soi-disant « Zhen-Shen-Ren » et « d'être bienveillant ». Pour « élever le niveau » le plus vite possible, il a dépensé beaucoup de temps pour étudier la loi, copier et réciter les livres. Même après que l'Etat avait prohibé le Falun Gong, il insistait encore la pratique et a participé aux activités illégaux organisées par le Falun Gong. Les bénévoles anti-cultes ont essayé à maintes reprises de le persuader avec patience, mais il avait peur d' « aller à l'encontre de la grande loi », et d'être appelé « traître » par d'autres pratiquants. Plus grande crainte est qu'il serait puni à cause de sa « calomnie du bouddha »… Il a fermé ses oreilles aux conseils de ses parents et amis en disant : « ce sont les barrières d'amour, il faut les mépriser et passer en grinçant les dents, sinon, je serais puni par le corps de la loi du maître. »

Monsieur ZHANG ajoute: « autrefois, je pense que mon plus grand heurt est la 'crainte', maintenant après une réflexion plus profonde, je sais qu'il y a encore un 'égoïsme' derrière la 'crainte'. Cet 'égoïsme' est le principal et réel auteur qui m'a emprisonné dans le joug du Falun Gong depuis longtemps. En fait, nous sommes tombés dans le piège bien-conçu de LI Hongzhi dès le commencement. Tous les pratiquants sont trompés par lui. Il nous ordonne d'étudier, propager et protéger la loi, même d'assiéger le Zhongnanhai et protester contre le gouvernement. Il nous pousse à l'encontre du peuple afin d'atteindre son but inavoué ».

Astuce III: « enlever la personnalité et la moralité » des pratiquants obsédés en déformant les valeurs

Au cours du développement de cinq mille ans, la philosophie confucéenne constitue progressivement l'épine dorsale des valeurs sociales. Les apophtegmes comme « On ne doit pas être corrompu par la richesse ou l'honneur ; on ne doit pas être oscillé ou changé par la pauvreté ou l'humilité ; on ne doit pas céder à la force» sont transmises du temps jadis et devenus le seuil moral des personnes nobles depuis les temps anciens.

Ayant aperçu ces valeurs morales profondément enracinées au cœur des Chinois, les sectes hérétiques rendent ces valeurs plausibles apparemment qui vont trop loin en fait. Si les adeptes de sectes ne pouvaient pas voir cet aspect, ils seraient les grandes victimes, car une fois qu'on lie de force ses propres actes religieux aux valeurs, le premier pas pour se dégager de la secte est de nier ses valeurs morales, et c'est certainement une grande entrave pour tout le monde. Certains pratiquants obsédés du Falun Gong suivent de tout cœur LI Hongzhi, même au mépris de la vie et la famille, cette persistance est une « loyauté aveugle » dans une certaine mesure.

Un autre ancien pratiquant Monsieur PAN était un bon travailleur indépendant, mais pour fortifier le corps et dissiper les maux, Monsieur PAN a commencé la pratique en 1998. Il a participé aux activités illégales du Falun Gong et été puni par la police. Pour « enlever la persistance », il a considéré la carrière, la famille et les parents comme les obstacles, et finalement sa carrière a chuté et sa famille était au bord de la rupture.

Puis Monsieur PAN dit à l'auteur : « autrefois, plusieurs amis qui ont cessé la pratique m'ont conseillé de me réveiller, en ce moment-là, j'étais très surpris et désolé, je les ai même appelés 'faible'… Comme j'étais ridicule !

  
 Les articles concernés
 
 
fr@kaiwind.com  À propos de nous
Copyright © kaiwind