中文 | BIG5 | Español | Français | Deutsch | Русский | 日本語 | 한국어 | English
Beijing Time:
 
Assiéger et accuser abusivement les unités d'informations chinoises et étrangères qui ont critiqué le Falun Gong
2009-03-24  sources:Kaiwind  Auteur:

Le 22 juillet 1999, avant l'interdiction du Falun Gong par le gouvernement chinois, plusieurs dizaines des médias ont subi les attaques organisées par le Falun Gong, c'est parce qu'ils ont reporté les cas que les pratiquants du Falun Gong sont morts ou ont perdu l'esprit normal.

Les médias connus suivants ont été assigés: le Quotidien de Guangming, la Station de télévision du centre, le Journal de la Jeunesse de Chine, la Station de télévision de Beijing, la Station de télévision de Shenyang, le Quotidien du Liaoning, le Journal du Sud, le Journal de la métropole du sud, le Journal de Zhejiang, le Week-end de Qiantang, le Qianjiang-Soir, le Qilu-Soir, le Digest de la Santé, le Journal de la métropole de Huaxia, le Journal du village du sud, le Journal des politiques et lois de Hebei, le Journal économique de Xinjiang, le Quotidien de Wujin, le Journal de Xiamen, le journal de Huashang, le Quotidien de Fuzhou, le Hefei-Soir, le Quotidien de Chongqing, le Journal commercial de Chengdu, le Quotidien de Cangzhou, etc. .

Certaines pratiquants du Falun Gong ont diffusé de la musique du Falun Gong devant la porte des médias et plusieurs centaines des pratiquants ont pratiqué le Falun Gong en s'asseyant devant la porte; certains ont distribué par la force des documents aux passants; certains se sont introduits sans invitation dans les bureaux des rédacteurs et des journalistes pour les importuner; certains ont téléphoné aux rédacteurs et aux journalistes au point que le rédacteur en chef a dû changer le numéro de téléphone...Quand ils ont assiégé la maison du Quotidien de Chongqing, Falun Gong a même lancé un sérieux avertissement: "Si le journal ne présente pas ses excuses, on concentrera une force en faisant des exercices ensemble pour submerger le bâtiment du journal comme la crue inondant le temple Jinshan et on détruira d'avance la Terre. "

Dans chaque région de la Chine, il existait des médias assiégés par le Falun Gong.

Le 17 juin 1996, un journaliste signé Xinping du Quotidien de Guangming a publié dans la rubrique le vent du sciècle un commentaire intitulé Il faut maintenir toujours une grande vigilance contre la pseudo-science – Un sujet extrait du livre Zhuanfalun (Tourner la Roue de la Loi). L'organisation du Falun Gong de la région de Beijing a encerclé cette agence sous pretexte de tenir un stage du Falun Gong devant la porte de cette agence et quelque pratiquants parmi eux ont même proclamé qu'ils « protégeraient la loi sans marchander la vie ». Un jour au mois d'août 1996, un groupe des pratiquants du Falun Gong s'est rassemblé devant la porte de l'agence du Quotidien de Guangming et a demandé de faire des excuses à l'auteur du commentaire intitulé Il faut maintenir toujours une grande vigilance contre la pseudo-science – Un sujet extrait du livre Zhuanfalun.

Du 1 au 3 juin 1998, l'agence du Qilu-soir (Shandong Soir) de la province du Shandong a été illégalement assiégée par plus de 2 000 pratiquants du Falun Gong, car cette agence a publié au 1 avril de l'an courant un article intitulé Voyons le vrai visage du Falun gong.

Le 4 mai de l'an courant, d'après l'article du Qilu-soir, le Digest de la santé a de nouveau publié un article intitulé Falun Gong qui viole la loi et nuit aux gens. Des membres principaux du Falun Gong ont encore une fois organisé plus de 400 pratiquants pour se rassembler successivement devant la porte de cette agence et provoquer des troubles à partir du 8 juin.

Le 24 mai 1998, la Télévision de Beijing a diffusé, dans son programme "Express de Beijing", une émission thématique intitulée Peut-on éviter le faux qigong à l'aide d'un permis de travail? dans laquelle on a rapporté le cas du dérèglement mental d'un pratiquant du Falun Gong par la pratique des exercices du Falun gong. Cela a provoqué le siège de plus de millier des pratiquants du Falun Gong.

Après cette incident, Li Hongzhi a écrit un « soutra » intitulé Creuser à la racine: "il y a dans tout le pays des journaux, des radios, des télévisions...saboter notre Dafa...il s'agit d'un sabotage non négligeable de Dafa par l'homme...les disciples de Dafa de Beijing ont utilisé un moyen particulier, pour que ces gens-là arrêtent de saboter Dafa, en réalité ils n'ont pas eu tort. "

Dans le même « soutra », Li Hongzhi a averti les pratiquants du Falun Gong qui n'ont pas participé au siège: "Au moment crucial je vous demande de vous séparer de l'homme, vous ne me suivez pourtant pas, chaque occasion qui passe ne reviendra plus. "

Les disciples du Falun Gong n'avaient rien à craindre du fait de la confirmation de Li Hongzhi.

Du 19 au 23 avril 1999, He Zuoxiu, physicien, a publié, dans le Panorama scientifique de la jeunesse, un périodique rédigé par l'Institut pédagogique de l'Université normale de Tianjin, un article intitulé Je suis contre la pratique du qigong par les jeunes, dans lequel il dénonçait des problèmes du Falun Gong. Il en résultait que cet Instiut a été illégalement assiégé par plus de dix mille pratiquants du Falun Gong.

Dans les pays occidentaux, le Falun Gong a considéré le siège et la chicanerie abusive comme l'instrument de protéger ses intérêts et il n'en était pas honteux.

Au mois de décembre 2001, les médias en chinois dans la région nord-américaine, tels que le Journal de Qiao (The China Press USA), le Quotidien de SingTao et le Journal de Ming, ont subi le siège du Falun Gong, car ils ont publié le cas que Fu Yibin, pratiquant du Falun Gong, a tué son père et sa femme.

Le 3 novembre 2001, la Presse chinoise au Canada a publié un article qui a critiqué le Falun Gong. Il s'agissait de l'autobiographie de He Bing, une ancienne pratiquante du Falun Gong. Et pourtant, l'organisation du Falun Gong a intenté un procès à la Presse chinoise sous prétexte du dénigrement. Le 7 décembre 2005, le tribunal supérieur de Québec au Canada a jugé en dernier ressort ce cas de durée de 4 ans et a rendu un verdict: L'accusateur a perdu ce procès ! Le jugement a indiqué que: "Le Falun Gong est un mouvement controversable qui n'accepte aucune critique. "

En 2002, l'organisation du Falun Gong à Victoria a intenté auprès du Comité d'équité de Victoria un procès au Journal commercial de Huaxia en Australie sous prétexte de « la discrimination », car le dernier a reportagé une activité concernant le Falun Gong organisée dans la ville chinoise de Melbourne par un communauté chinois de Victoria. Au mois de décembre 2004, le Comité d'équité de Victoria a démis le Falun Gong de son appel. A cause de ce procès, le Journal commercial de Huaxia a consumé une grande quantité des ressources humainse, du temps et de l'énergie et il en avait marre.

Au mois de décembre 2003, le Jounal des Chinois en Australie a publié une déclaration condamnant le Falun gong faite par l'Embassade de Chine en Australie. Au mois de mai 2004, l'organisation du Falun Gong a intenté auprès du tribunal suprême de la région un procès au Jounal des Chinois sous prétexte de « la diffamation ». Et ensuite, le Falun Gong a utilisé ses médias pour attaquer le Jounal des Chinois, le rédacteur en chef et les rédacteurs de ce journal. Le 5 avril 2006, le tribunal suprême de New South Wales a jugé: Le Falun Gong a perdu le procès et le Jounal des Chinois a gagné le procès.

Le 21 janvier 2005, l'agence de presse américaine AP a publié un article intitulé Chinese show off repentant Falun Gong qui a reportagé objectivement la situation actuelle des assistants aux immolations massives par feu sur la place de Tian'anmen au dernier soir de l'an 2001 et a réfléchi sur le Falun Gong. Au matin du 25, Le Falun Gong a organisé les gens pour protester devant le bâtiment de bureau du siège de Associated Press à Manhattan de New York et a demandé à Associated Press de retirer le reportage. Le 11 février, le média du Falun Gong, le Journal Epoch Times, a publié un article qui appelait Associated Press « voyou réel ».

Dans les premiers six mois de l'an 2006, le programme de la TV nommé la Plate-forme de la Grande Muraille a coopéré avec la companie de Rogers pour demander le droit de retransmission des programmes à CRTC dans le but de transmettre la culture chinoise. Même un tel commerce culturel concernant le divertissement des Chinois régionaux a été obstrué par le Falun Gong. Seulement pendant la période de mars à juin en 2006, le Falun Gong a à maintes reprises organisé la protestation devant le siège de la compagnie de Rogers et cela a gravement affecté le fonctionnement normal de la companie de Rogers. Malgrè ça, le 22 décembre 2006, la Grande Muraille a encore obtenu l'approbation de s'installer au Canada.

Le 6 février 2008, le New York Times a publié un reportage spécial intitulé A Glimpse of Chinese Culture That Some Find Hard to Watch. Et ensuite, les sites du Falun Gong ont publié dizaine d'articles qui ont attaqué et calomnié le New York Times et l'auteur de ce reportage spécial Eric Konigsberg. Ces articles sur les sites du Falun Gong ont dit: "Eric Konigsberg n'a aucune humanité. "

Aux yeux du Falun Gong, aucune personne ou aucun média n'avait la liberté de critiquer le Falun Gong. D'après les « directives suprêmes » de Li Hongzhi, la critique sur le Falun Gong signifiait « la diffamation envers la grande Loi » et c'était intolérable.

En outre, le Falun Gong a utilisé "hacker" pour attaquer les sites intéressés et a forcé les lecteurs à parcourir ses netpages.

Le 4 octobre 2002, les sites de nouvelles des journaux en chinois de Hongkong ont subi le harcèlement du Falun Gong. Quand le lecteur parcourait les sites de nouvelles tels que le Journal de Xing Tao, le Journal de Ming et le Journal de pomme et autre, le netpage a automatiquement été tournés sur celui du site du Falun Gong au Canada. Le "hacker" du Falun Gong a aussi envahi le site de Sina et celui de Sohu d'une même manière.

  
 Les articles concernés
 
 
fr@kaiwind.com  À propos de nous
Copyright © kaiwind