中文 | BIG5 | Español | Français | Deutsch | Русский | 日本語 | 한국어 | English
Beijing Time:
 
Comment LI Hongzhi a-t-il incité ses pratiquants à déroger à la loi?
2011-05-04  sources:Kaiwind  Auteur:ZHENG Ze

L'attitude de LI Hongzhi dans la loi ordinaire réside dans trois points, soit calomnier, utiliser et souffleter. Pour les premiers deux points, l'auteur a déjà les discutés dans l'article Comment LI Hongzhi calomnie et utilise-t-il la loi ordinaire ? Afin de dévoiler de plus l'intention sinistre de LI Hongzhi, l'auteur essaie de compléter la discussion dans cet article sous l'angle des actes de LI Hongzhi qui pousse ses adeptes à piétiner la loi.

 

Théoriquement, LI Hongzhi a offert le soutien hérétique pour solliciter ses adeptes de détruire la loi.

 

Il est nécessaire de trouver un soutien théorique pour souffleter aux pieds la loi ordinaire, donc LI Hongzhi énonce dans le Zhuan Falun comme ainsi : « La loi est responsable des affaires ordinaires », «un pratiquant du Falun Gong peut être compté parmi les personnes extraordinaires, il est donc restreint par une loi extraordinaire, mais pas estimé selon les éthiques des communs », et « la conception du temps dans les autres espaces est différente, alors comment le temps peut-il restreindre les choses des autres espaces ? Il est inefficace. » Ainsi, les adeptes ont le soutien théorique pour résister, violer et piétiner la loi ordinaire : la pratique du Falun Gong est une « grande loi universelle » qui dépasse toutes les autres lois et les adeptes eux-mêmes sont des « hommes extraordinaires », ils ne peuvent pas être restreints par les éthiques de la société humaine et les lois des hommes ordinaires sont « totalement invalides » pour eux. Par conséquent, sous la sollicitation hérétique du « Maître », certains pratiquants fervents courent un danger en désespoir de cause pour braver la loi, et se mettent dans la route dévoyée et criminelle.

 

Apparemment, LI Hongzhi sollicite ses adeptes de souffleter impudiquement la loi ordinaire aux pieds avec les doctrines hérétiques.

 

Ce soufflet est incarné dans cinq parts:

 

Le premier, pousser ses adeptes à « mettre le siège ».

 

D'après LI Hongzhi, de « dire la vérité est les devoirs obligatoires » pour les adeptes du Dafa (La prédication internationale de la loi à Washington DC en juillet 2001). L'incident de 4.25, siège autour de Zhongnanhai pour dire la vérité, « n'est qu'une solution spéciale des adeptes du Dafa à Beijing, il est juste d'empêcher ceux qui veulent détruire le Dafa.» Il critique aussi les adeptes passifs qui n'ont pas participé à l'activité du siège : « vous ne pouvez pas toujours me demander de vous élever sans faires des efforts, seulement au moment où je vous dis clairement la loi, vous bougez un peu, sinon, vous ne bougez pas du tout ou même bougez à la direction opposée » ; il les menace : « je ne peux pas admettre que cette attitude passive est la pratique », « chaque occasion de pratique ne revient plus » (Déracinement) ; il prétend que «tous les adeptes qui ne sortent pas et ceux qui sont contre les activités ont tort » (La prédication internationale de la loi à Washington DC en juillet 2001). Pour solliciter plus de adeptes de provoquer les émeutes, il prétend que «le nombre d'adeptes qui ont participé à l'incident 4.25 est très faible » (Un peu de ma réflexion). Après, LI Hongzhi pense fermement que la visite des adeptes du Dafa auprès les autorités supérieures exercent une grande influence sur la société » (La prédication sino-américaine de la loi en juin 2003). Le résultat est que les adeptes du Falun Gong prennent le siège autour de l'agence de presse et de l'autorité qui « disent du mal » du Falun Gong comme une forme d'expression la plus ordinaire de « dire la vérité » et « protéger la loi ».

 

Avant l'année 1999, la Presse des personnes âgées de Yunnan, la Presse Donglu, la Presse du soir Qilu de Shangdong, la Presse des week-ends Qiantang de Zhejiang, la Presse de politiques et lois de Hubei, le Journal Cangzhou, le Journal Chongqing de Sichuan, la Presse du soir Hefei d'Anhui, l'Exposition des technologies de la jeunesse, le Journal Xiamen de Fujian, le Journal de Liaoning, le Presse de la jeunesse chinoise, la Station de télévision de Beijing, le Journal Guangming, le Journal de la Santé ont été attaqués conjointement par les pratiquants du Falun Gong parce qu'ils avaient publié des articles critiques sur le Falun Gong. Jusqu'au moment où l'«incident 4.25 » qui étonne la Chine et le reste du monde a eu lieu, tout le monde peut voir clairement la nature vicieuse du Falun Gong et de LI Hongzhi.

 

Le deuxième, harceler la vie du public sous le prétexte de «dire la vérité », « sauver le public » et «persuader de trois retraits ».

 

Après que LI Hongzhi s'est échappé comme la cigale dorée de sa chrysalide aux Etats-Unis, il a commencé à solliciter ses adeptes de propager la Chine politiquement sous le prétexte de « dire la vérité », « sauver le public » et « persuader de trois retraits ». Il déclare de façon répétée l'importance de la propagation : « Ne méprisez pas un seul tract, livret, coup de téléphone ou une télécopie, toutes les informations sont très, très utiles et efficaces pour dissuader et dissiper le vice» (La prédication itinérante de la loi dans l'Amérique du nord en mars 2002). Il mène une propagande intense sur la « fonction » des Neuf Commentaires à l'égard de la « désagrégation » du Parti Communiste Chinois, et incite ses adeptes en prétendant que «les adeptes du Dafa diffuseront les Neuf Commentaires jusqu'au moment où le Parti Communiste Chinois se sera désagrégé et arrêté de persécuter le Falun Gong et ses pratiquants, c'est juste, n'est-ce pas ? » (La prédication de la loi à San Francisco en novembre 2005).

 

Toutes les « citations du gourou » deviennent les téléphones, e-mails, messages, télécopies, affiches, et les propos à tout le monde de la « persécution du Dafa » faits de façon répétée et morbide par les adeptes du Dafa au public chinois. Ces comportements sont les sources vicieuses de la perturbation de l'ordre social et de la démolition des bonnes mœurs.

 

Le troisième, endommager illégalement la monnaie légale de l'Etat.

 

Le RMB est la monnaie légale chinoise. Vu sa caractéristique de la circulation rapide, les adeptes du Falun Gong ont « inventé » la soi-disant « monnaie de vérité », soit imprimer les slogans sur le RMB pour propager le Falun Gong, les trois retraits et calomnier le PPC au public. Le soi-disant « dire de la vérité » viole gravement la loi et les règlements de l'Etat concernant la monnaie.

 

Néanmoins LI Hongzhi comble de louanges ce comportement illégal, il affirme suffisamment cette « monnaie de vérité ». Il indique, « certains adeptes m'ont dit qu'ils impriment le « Falun Dafa est bon » et « Retraitez du PCC » sur le RMB, (rire de tout le monde), je crois que c'est une très bonne idée. (Applaudissements) Parce que l'argent est une chose qu'on ne peut pas la jeter ni la détruire. » (La prédication de la loi à Los Angeles en février 2006). Il supporte et encourage les actes délictueux de ses adeptes.

 

Le quatrième, donner l'attraction illégale et l'attaque venimeuse aux satellites civils.

 

Par exemple, du 23 au 30 juin 2002, des signaux télévisuels illégaux concernant la propagation du Falun Gong émis par l'organisation du Falun Gong à l'étranger ont attaqué vicieusement le satellite de communication chinois Xinnuo. Ces signaux ont dérangé les émissions quotidiennes du satellite Xinnuo et causé l'irrégularité de CCTV9 et de dix stations de télévision provinciales ainsi que la suspension des émissions télévisées dans certaines régions chinoises où les habitants utilisent l'outil des émissions « Cuncuntong ».

 

Selon les statistiques, du 23 juin 2002 au 7 août 2007, des satellites civils tels que le SinoSat No.1, Asie-Pacifique No.6 et 3S Asie ont été attaqués 252 fois par le « Falun Gong », la durée de l'attaque dépasse 160 heures. Selon la loi chinoise et les règlements de la Charte des Nations Unies et UIT concernant le traité international et la radiocommunication, la destruction et dérangement intentionnels des émissions télévisées du satellite sont délictueux. Mais LI Hongzhi est aussi très satisfait de ces actes, il encourage ses adeptes : « une attraction télévisée ou une visite auprès des autorités peut jouer un grand rôle et exerce une grande influence sur la société. » (La prédication sino-américaine de la loi en juin 2003)

 

Le cinquième, harceler l'ambassade chinois à l'étranger.

 

LI Hongzhi apprécie hautement et loue beaucoup de ce harcèlement : «pas mal de pratiquants travaillent fort et silencieusement pour dire la vérité et dévoiler la persécution vicieuse, comme distribuer les tracts, donner des coups de téléphone, profiter de l'internet, visiter les ambassades, ou utiliser tous les medias possibles » (La prédication itinérante dans l'Amérique du nord). Ainsi, les ambassades chinoises à l'étranger deviennent les champs de bataille principaux du Falun Gong contre le gouvernement chinois. Les adeptes mettent les plaques de propagation, crient les slogans, assoient en silence pour adresser une pétition et distribuer les tracts et émettre les bonnes idées régulièrement. On peut dire qu'ils vont jusqu'à recourir aux moyens extrêmes.

 

Depuis la dernière décade, beaucoup d'adeptes fervents sollicités par les propos de « sortir », « protéger la loi », « dire la vérité » et « sauver le monde » de LI Hongzhi se mettent dans la route criminelle de harceler le public et de lutter contre la loi sous la direction de l'organisation du Falun Gong. Ces comportements détruisent l'ordre de production et la vie publique, ou même causent la perte de la vie des autres.

 

Nous voyons des résultats de ces actes que certains adeptes fervents sollicités par LI Hongzhi sont déjà morts ou handicapés, certains qui avaient blessé ou tué les autres ont été punis conformément à la loi.

 

LI Hongzhi incite ses adeptes à violer la loi, et une partie de pratiquants criminels ont pour autant été sanctionnés sévèrement par la loi. Les deux conséquences les plus sévères de ses sollicitations sont comme suit :

 

Le premier, causer les blessés et morts de ses adeptes. Certains pratiquants se sont démenés pour la propagation du Falun Gong sans arrêt et morts de la fatigue. Sous la sollicitation de LI Hongzhi, beaucoup de adeptes du Dafa distribuent les tracts nuit et jour, donnent les discours partout, et dérangent sempiternellement le public à travers les téléphones, messages et e-mails. Ils sont épuisés par un surmenage physique et intellectuel ou même perdent leurs vies. Nous pouvons voir cette misère en citant l'exemple de LI Yanhua, pratiquante du Falun Gong qui habitait au village Dongjiang dans la zone du développement économique Nanlou de la ville Dashiqiao de la province du Liaoning, ainsi que ZHENG Suqin, ouvrière retraite de la société électrique Weihe de la province du Shanxi, qui souffrait de l'hypertension et qui devient une personne végétative à cause de son refus des traitements et médicaments, etc.

 

Le deuxième, causer les blessés et morts des innocents. LI Hongzhi incite ses adeptes à exécuter avec force un « déracinement sévère » de la «vie mauvaise et vicieuse » et « le vieux pouvoir » (La prédication de la loi dans l'Amérique du nord en mars 2002), sous sa sollicitation d'«extirper le vice et les démons », beaucoup de adeptes bienveillants du Dafa sont devenus des tueurs froids qui lèvent le saignoir vers le public innocent ou même vers leurs membres de famille. Par exemple, le 28 mars 2002, ZHAO He, habitant du village Chengli du bourg Daming, district Ningcheng de Chifeng de la région autonome de la Mongolie intérieure et pratiquant fervent du Falun Gong, a tué cruellement devant la porte de sa maison un police populaire qui s'appelle DAI Guosheng et qui est allé pour l'aider ; il y a encore des pratiquants qui tuent les autres pour les propos « sauver le monde » de LI Hongzhi, le 1er mars 2002, LIN Chunmei et WEN Yuping, pratiquantes de la province du Xinjiang ont tué la servante MAI Xinping de l'hôtel Hongbin de Xianyang, Shanxi, leurs intentions criminelles sont d'une part d'exercer leur courage de manière à bien préparer pour déraciner le « pouvoir vicieuse », et d'autre part de sauver MAI Xinping par l'envoyer au monde céleste. Quant à ceux qui tuent leurs membres de famille, nous pouvons nous rappelons le cas de FU Yibin, habitant du district Xicheng de Beijing qui a tué son père et sa femme ; un cas plus sévère est que CHEN Fuzhao qui vient de la province du Zhejiang a empoisonné quinze mendiants et un bouddhiste. Le Falun Gong est l'auteur de crimes innombrables. Comme tout le monde le sait, il est inutile de les énumérer ici.

 

Vu la situation actuelle, la vie luxueuse de LI Hongzhi est sans doute la plus grande dérision pour les pratiquants blessés ou morts du Falun Gong et ceux qui ont violé la loi.

 

Les adeptes sollicités par LI Hongzhi qui risquent leurs vies pour « protéger la loi » donnent une grande contribution à la « propagation de la loi » et à la « vérification de la loi ». Déplorablement, qu'est-ce que LI Hongzhi explique-t-il à ces adeptes ?

 

Premièrement, pour les pratiquants du Falun Gong qui se suicident ou morts de maladie à cause de la croyance de la « plénitude parfaite », de la « montée au monde céleste » et de l'«élimination du karma », nous pouvons citer les mots de LI Hongzhi : « un grand honneur sans précédent sera donné à ces adeptes dans une future historique » (La prédication de la loi à Chicago en mai 2004), « Ils atteindront à la plénitude parfaite » (La prédication internationale de la loi de grand New York en juin 2009). Le problème est, comme ce que LI Hongzhi a déjà déclaré dans la Prédication de la loi à Washington, que la pratique et cultivation des adeptes du Dafa ne sont plus pour la «plénitude parfaite d'un individu », et que toute la pratique serait « zéro » si la tâche lourde de « sauver tout le monde » n'était pas accomplie. Clairement, les soi-disant « plénitude parfaite » et « grand honneur » ne sont que les bulles de savon illusoires fabriquées par LI Hongzhi pour mystifier ses adeptes.

 

Deuxièmement, pour les pratiquants du Falun Gong sollicités par LI Hongzhi qui violent la loi et qui sont emprisonnés, LI Hongzhi croit qu'«il leur reste trop de karma commis dans leur histoire qui n'a pas encore été tout éliminé, donc leur misère et souffrance destinées ne se finissent pas, il leur faut payer leurs dettes dans le prison » (La prédication de la loi à New York en mai 2008). En terme populaire, LI Hongzhi veut dire que « ces adeptes ont ce qu'ils méritent » et tout n'a aucun rapport avec le «Maître». Le cœur venimeux et ingrat de LI Hongzhi est très évident.

 

Troisièmement, pour les pratiquants du Falun Gong qui « se mettent sur la route divine » en se mutilant ou souffrant des maladies, LI Hongzhi explique qu'ils sont en train de « passer la barrière » et «éliminer le karma ». Nous n'avons pas besoin d'analyser les barrières funestes comme la «barrière de l'amour », la « barrière de la persistance », la « barrière de la vie et mort » et les « karmas » invisibles, intouchables et infinis, parce qu'il est encore incertain que les adeptes du Dafa vifs et morts puissent passer la dernière « grande justice ». Les adeptes du Dafa sont vraiment pitoyables et déplorables.

 

LI Hongzhi nuit au public par promouvoir les soutras hérétiques du Falun Gong et piétine la loi chinoise et internationale par inciter ses adeptes. Jusqu'au présent, ses intentions radicales est de prouver le « pouvoir » du Falun Gong avec la force de ses adeptes de manière à gagner son capital de vivre à l'étranger et obtenir les« fonds démocratiques» et à éviter d'être extradé en Chine. En d'autre terme, de déformer, calomnier, piétiner la loi ordinaire ne sont que les moyens communs utilisés pour élever sa propre position, promouvoir les soutras hérétiques et chercher la protection à l'étranger. La situation actuelle donne des preuves du contraire de ses intentions : en contraste avec la souffrance sans fin, les blessées et morts de ses adeptes, LI Hongzhi recrute les jeunes pour donner la représentation des « Arts divins » et une série des activités culturelles et divertissantes comme le « concours international » ; il habite dans la villa somptueuse et sort en BMW ; il a une famille heureuse… En bref, il est en train de jouir des honneurs et richesses incomparables et du bonheur de famille très heureuse ! Toutes les joies de LI Hongzhi sont obtenues avec l'aide de sa « carte verte » privilégiée par la loi ordinaire, de la contribution de la dignité, le sang et la vie de ses adeptes, des « fonds démocratiques » et du revenu des billets d'entrée. Si les adeptes qui ont perdu la vie heureuse du monde ordinaire et les vies précieuses pour poursuivre le « monde du Falun » et la « plénitude parfaite » savaient la vérité, que penseraient-ils alors ?

  
 Les articles concernés
 
 
fr@kaiwind.com  À propos de nous
Copyright © kaiwind