中文 | BIG5 | Español | Français | Deutsch | Русский | 日本語 | 한국어 | English
Beijing Time:
 
WU Hong: Le Falun Gong a détruit la famille de mon frère (photo)
2014-01-27  sources:Kaiwind  Auteur:WU Hong & ZHONG Sheng

Je m’appelle WU Hong, femme rurale du district Nanzheng de la province du Shaanxi, membre d’une fratrie de quatre enfants. Mon frère cadet s’appelle WU Jun, diplômé d’une école professionnelle, né en 1963. Il était enseignant de l’Ecole secondaire de Qingshu du district Nanzheng, son fils faisait ses études de maîtrise dans une autre ville, et sa femme LI Hong exerçait un petit commerce dans la rue. En 2010, LI Hong était paralysée au lit suite à un accident. Malgré le malheur, les jours étaient encore passables grâce à leur fils excellent et le revenu stable de mon frère. Néanmoins, depuis que celui-ci avait commencé de pratiquer le Falun Gong et refusé de prendre les traitements médicaux, cette famille heureuse a été complètement brisée.

La santé de mon frère cadet n’était pas bonne depuis toujours, et il souffrait de plusieurs maladies telles que calculs biliaires, les maladies cardiaques et l'hépatite. Un jour de l’automne 1998, il a rencontré un ami à mi-chemin vers l’hôpital. Cet ami lui a recommandé le Falun Gong en disant que le gong pourrait guérir toutes les maladies sans prendre les médicaments ou traitements médicaux, et lui a gratuitement donné des matériels de pratique. Entre la certitude et le doute, mon frère a commencé de pratiquer le gong dans le but d’essaie. Ses proches lui ont conseillé à maintes reprises d’aller à l’hôpital, mais mon frère opiniâtre les a fermement refusés et insisté que la pratique pourrait non seulement « dissiper les maux et fortifier le corps », mais aussi économiser l’argent et protéger toute la famille.

En 1999, l’Etat a interdit le Falun Gong légalement. Depuis alors, mon frère qui était bien déprimé n’a ni bu ni mangé. Bien qu’il ne pratique pas le gong pendant la journée, il a insisté la pratique dans la nuit secrètement à la maison. Sa femme était une femme vertueuse et désossée, donc elle était toujours obéissante à mon frère. Après des conseils durs même des querelles inutiles, elle avait à laisser aller son mari en se disant que ce n’était qu’un passe-temps favori de son mari.

Pendant plusieurs années, mon frère a écrit le plan d’enseignement et préparé les cours à huit heure du soir, puis pratiqué le gong pour quelques heures jusqu’à minuit. Il n’a plus consulté un médecin ni pris les médicaments ou traitements médicaux. De crainte que la santé de mon frère ne se détériore, sa femme a cessé le commerce pour soigner la vie de mon frère.

Une fois où je l’ai visité chez lui, j’ai vu un portrait affiché sur le mur près de la tête du lit, la table remplie de livres comme Zhuan Falun et de cassettes et un cousin de pratique caché sous l’oreiller. Il n’y a pas de meuble présentable dans la chambre. Je lui ai conseillé de cesser la pratique et de prendre les traitements médicaux pour éviter que les maladies ne s’aggravent. Il m’a dit que son maître pourrait le protéger et l’aider à avoir un corps « invulnérable » et à atteindre la plénitude parfaite.

Un soir de l’année 2010, sa femme qui restait seul à la maison a été intoxiquée par des émanations de gaz lors du chauffage. C’est une heure plus tard qu’un de leurs voisins l’a trouvée. Rentré à la maison, mon frère a fermement refusé d’envoyer sa femme à l’hôpital. D’après lui, l’incident a été causé par le karma lourd de sa femme, et celle-ci serait protégée par le Dafa et se guérirait après une émission du gong. 40 minutes après, sa femme ne s’est pas réveillée. Quand j’y suis arrivée, j’ai tiré mon frère à l’écart et envoyé sa femme à l’hôpital par la force. Bien qu'elle soit sauvée, elle a perdu le fonctionnement du cerveau (dans un état semi-végétatif). Les frais d’hospitalisation ont coûté toutes leurs économies. Notre mère l’a prié de cesser la pratique, parce que si un grave accident lui arrivait, la famille serait complètement détruite. Néanmoins, il s'est obstiné dans sa façon de faire et chassé deux proches qui l’avaient empêché de pratiquer le Falun Gong en les injuriant.

Le matin du 30 septembre 2012, l’école où mon frère travaillait m’a téléphoné pour m’informer du fait qu’il était décédé de maladie. J’ai précipité vers l’école et vu plusieurs enseignants assembler devant la porte de son dortoir. Mon pauvre frère, gisant sur le sol sans chaleur du corps ni souffle et ayant une expression du visage étrangère avec la bouche ouverte. Auprès de lui il y a beaucoup de vomissures, sa femme couchée sur le lit, avec des larmes dans les yeux, a vu de ses propres yeux sa mort mais été impuissante à appeler au secours.

Mon cher frère, tu quittes le monde pour la « plénitude parfaite », mais comment vivre ta femme paralysée au lit et ton fils qui fait encore ses études ?

 

  
 Les articles concernés
 
 
fr@kaiwind.com  À propos de nous
Copyright © kaiwind