中文 | BIG5 | Español | Français | Deutsch | Русский | 日本語 | 한국어 | English
Beijing Time:
 
Elle s’est effondrée lors de la méditation (photo)
2014-05-27  sources:Kaiwind  Auteur:YAN Houren

  

YUAN Meihua

Je m’appelle YAN Houren, 50 ans, directeur du bureau de village Yushan du bourg Taiwang de la zone de développement. Il y a une habitante qui s’appelle YUAN Meihua, née en 1949, au même âge avec la nouvelle Chine. Son mari s’appelle WANG Wengui. En tant qu’entrepreneur dans les années 80, il a gagné beaucoup d’argent pendant une période de travail. Leurs quatre enfants ont également établi domicile au village Yushan. Quand YUAN Meihua était jeune, elle était très forte physiquement, comme un homme. Elle allait travailler quand le soleil se lève et revenait reposer quand le soleil se couche. Malgré le vent et le soleil, elle travaillait toujours aux champs. Avec la peau noire comme un pruneau, elle se montrait comme une agricultrice simple et travailleuse. 

Depuis les années 90, la situation économique de la famille de YUAN Meihua a été beaucoup améliorée, et sa famille était bien connue dans les riches familles locales. Après que les enfants avaient fondé leurs propres familles, YUAN Meihua jouissait d'une vie paisible. Comme dit le proverbe, il existe un bonheur intenable, mais pas de peine insupportable. Cette expression est la plus appropriée pour décrire YUAN Meihua. Pendant les jours de travail aux champs, son état de santé était toujours bon. Mais de diverses maladies l’ont attaquée lorsqu’elle était vacante et son corps entier n’était pas confortable. Selon l’examen médical, elle souffrait de l’hypertension et de la maladie coronarienne. N’ayant pas d’autre choix, elle a maintenu sa santé en prenant les médicaments antihypertenseurs et cardiaques, et son état de santé était pour autant contrôlable. 

Au printemps 1997, un gong a commencé d’être populaire dans notre village. Une dizaine de vieilles femmes se sont souvent assemblées dans un espace ouvert à droite du bureau du village. Un instructeur a démontré les gestes du gong devant elles, et celles-ci, y compris YUAN Meihua, ont suivi les gestes l’un après l’autre. YUAN Meihua pratiquait le gong bien sérieusement tout comme son métier. Bien qu’elle ne soit pas intelligente et que ses gestes ne conforment pas à la norme, l’instructeur lui a appris personnellement et les cinq séries de gestes n’étaient pas difficile à apprendre. Petit à petit, YUAN Meihua a excellé à pratiquer le Falun Gong. 

Environ un an plus tard, j’ai entendu dire que la pratique du gong pourrait guérir les maladies sans prendre les médicaments ou traitements médicaux, « ouvrir l’œil céleste » et « devenir les bouddhas », etc. J’ai trouvé ce dont le Falun Gong parlait un peu absurde et audacieux. C’est impossible de guérir les maladies sans médicaments ! Et l’argument de l’« œil céleste » va à l'encontre des connaissances médicales, c’est très ridicule. Quant à l’argument de « devenir les bouddhas », c’est totalement des bêtises. Après la mort, qu’est-ce qu’on peut faire encore ? C’est pourquoi j’ai trouvé que le Falun Gong ne serait pas un gong durable. Se vantant comme un gong tellement magique, y a-t-il des desseins inavouables ? YUAN Meihua a conseillé plusieurs fois à ma femme de pratiquer le gong avec elle, mais j’ai dit à ma femme : « Ne perds pas le temps avec elles. Si tu as du temps libre, Il suffit de faire une promenade pour maintenir la santé». 

Vraiment, en juillet 1999, l’Etat a interdit le Falun Gong légalement, c’est totalement à mes attentes. Après nos conseils, la plupart des pratiquants du village ont cessé la pratique, seulement YUAN Meihua a persisté. Elle nous a répliqué d'un ton péremptoire : Je ne veux que guérir mes maladies, qu’est-ce que je dérange ? En dépit de nos conseils durs, elle a fermé les oreilles et continué de pratiquer le gong. Elle nous a considérés comme les plus indésirables invités et nous a directement chassés. Depuis la pratique, elle était occupée jour et soir. D’après son mari, elle faisait la méditation, lisait les livres et rédigeait les notes le jour, et barbouillait avec les petits crayons de son petit-fils comme un voleur dans les ruelles ou recoins sombres. Tous les habitants du village étaient bien dégoûtés de ses comportements de « propager la loi », de « clarifier la vérité » et de « sauver les êtres humains », mais on ne savait pas comment la critiquer. 

D’ailleurs, YUAN Meihua s’est arrêtée de prendre les médicaments depuis la pratique. Avec le temps, surtout après l’année 2009, les symptômes se sont présentés successivement et fréquemment : les maux de tête, les étourdissements, les nausées, les insomnies, les palpitations, les essoufflements et parfois accompagnés des vomissements sévères. Auparavant, elle avait eu l'habitude de marcher à grand bruit, mais elle est devenue plus faible et langoureuse, comme si elle n'était pas la même personne. En novembre 2011, j’ai rencontré son fils aîné qui s’appelle WANG Song dans la rue, et je lui ai demandé la situation de YUAN Meihua en passant. WANG Song s'est plaint à moi: la santé de sa mère n’était pas bonne. Elle est parfois tombée par terre comme ayant le vertige. Son fils lui a conseillé d’aller à l’hôpital, mais elle l’a fermement refusé. Elle a dit : La pratique elle-même peut guérir mes maladies, pourquoi dois-je dépenser l’argent ? Je me sens bien sans médicaments depuis une dizaine d’années. Mon « maître » a un grand cœur et la bonté sans limite. Son pouvoir surnaturel est très grand. Il ne cesse pas d’« éliminer le karma » pour les adeptes du Dafa. Le corps de la loi du « maître » me protégera, donc les pratiquants comme nous ne pourront pas tomber malade. WANG Song a considéré les propos de sa mère comme des bêtises fâcheux. 

Au printemps 2012, environ dernière décade du mois d’avril, lorsque nous étions en réunion pour préparer le labourage du champ et les semailles au bureau de village, nous avons soudain entendu la nouvelle de la mort de YUAN Meihua. Nous avons précipité chez elle et su ce qui s’était passé. Ce jour-là, après avoir pris le petit-déjeuner, YUAN Meihua est rentrée dans sa chambre pour pratiquer le gong. Vers dix heures du matin, un membre de famille est retourné pour prendre de l’eau, il l’a trouvée à demi couchée sur le lit, essoufflée, pâle, ruisselant de sueur froide, avec les mains contre la poitrine, les quatre membres froids et les deux jambes gardant la posture de méditation… Sa famille a dépêché de l’envoyer à l’hôpital, mais tout était trop tard. YUAN Meihua est décédée de l'hypertension induite par l'infarctus du myocarde. 

En fait, la santé de YUAN Meihua était très bonne quand elle était jeune, et c’est normal pour les personnes âgées de souffrir de l'hypertension artérielle et de la maladie coronarienne. Selon les médecins, celles-ci sont des maladies communes et fréquentes que les personnes âgées contractent tôt ou tard. Elles sont terribles, parce que l’hypertension est le facteur le plus dangereux pour provoquer les maladies cardio-vasculaires qui peuvent directement causer la mort, et c’est pourquoi il est souvent difficile de sauver les malades présentant un infarctus du myocarde et une hémorragie cérébrale ; elles sont en même temps gentilles, parce que si on prend les médicaments et consulter les médecins régulièrement, on pourra contrôler la pression artérielle et améliorer la fonction cardio-vasculaire, ce qui pourra réduire considérablement l'incidence des infarctus du myocarde et de l’hémorragie cérébrale, et c’est au contraire de la tumeur dont les perspectives de traitement ne sont pas optimistes et qui ne peut que s’appuyer sur des soins palliatifs. Mon beau-père qui souffre de l'hypertension et de la maladie coronarienne depuis ses 50 ans, a déjà plus de 80 ans, et il contrôle bien ses maladies à l’aide des médicaments. Une trentaine d’années plus tard, il est encore en bonne forme, et c’est un très bon exemple. Mais si on veut une cure radicale de l'hypertension et de la maladie coronarienne seulement à travers la pratique du gong sans prendre les médicaments ou traitements médicaux, c’est absolument impossible et tout simplement une pure illusion. 

  
 Les articles concernés
 
 
fr@kaiwind.com  À propos de nous
Copyright © kaiwind