中文 | BIG5 | Español | Français | Deutsch | Русский | 日本語 | 한국어 | English
Beijing Time:
 
ZHANG Wenbo: Un contact à courte distance avec LI Hongzhi
2010-05-04  sources:Kaiwind  Auteur:ZHANG Wenbo

Je m'appelle ZHANG Wenbo, j'habite au district de Siping de la province du Jilin. Je me suis très intéressé au Qigong de tout genre au début des années 90 où le Qigong était populaire en Chine.

En été de 1994, je suis allé avec ma femme voir ma mère qui faisait des affaires à Handan dans la province du Hebei. Un jour, j'ai fais des courses tout seul et vu quelqu'un distribuer les pamphlets dans lesquels on a dit que le Maître LI Hongzhi irait dogmatiser le Falun Dafa et donner des consultations à des malades sur place et que c'était une occasion très rare qu'on ne pouvait pas manquer. Comme je voulais voir ce compatriote bien connu et étranger depuis longtemps, j'ai dépensé 10 yuan pour acheter' un billet de la Maison de la culture. Avant entrer dans la Maison, on pouvait voir un grand placard de LI Hongzhi affiché sur l'entrée et plusieurs fournées ont venté les objets du Falun Gong : Zhuan Falun coûte 10 yuans chacun, le disque du Gong 10 yuans, la carte murale de LI Hongzhi 50 yuans, etc..

Entré dans la maison de la culture, j'ai vu beaucoup de gens, parmi lesquels la plupart sont des personnes âgées, même il y en avait qui était couché sur un brancard. Une table s'est mise au centre de la scène, et tous les préposés étaient occupés en habit de la pratique. Plus tard, LI Hongzhi est entré en scène, encadré par son escorte. Il s'est habillé d'abricot, les cheveux séparés par une raie et les chaussures blanches ordinaires. Il avait l'air énergique et une taille moyenne de 1,7 mètre environ.

Dès qu'il avait posé ses fesses, il a dit immédiatement: « Je viens ici pour vous exposer et dépouiller les points essentiels du Falun Gong à l'invitation de l'Association du Qigong de Handan de la province du Hebei, seulement pour trois jours. Je suis né le 13 mai 1951, et la même année, j'ai reçu l'instruction exclusive de la Loi de Quanjue, le Grand Maître bouddhique, et aussitôt après, j'ai atteint la plénitude parfaite. Maintenant, j'ai diverses capacités supranormales, comme le pouvoir de télékinésie, d'invisibilité, etc.. Et puis, un autre maître bouddhique m'a transmis la Grande Loi de pratique jusqu'au moment où je suis venu au monde extérieur. Mes pouvoirs supranaturels surpassent ceux de Sâkyamuni de cent milles fois. Quand vous avez des troubles, il suffit que vous appeliez ‘ Maître LI Hongzhi, mon corps de Loi va apparaître immédiatement. » Entendu ses paroles, l'auditoire présent a loué de ses pouvoirs et fait une discussion à part soi qu'ils n'avaient pas beau faire ce voyage, et qu'enfin ils ont trouvé le véritable « Grand Maître ».

Après se présenter, il a commencé à émettre du Gong. Il a demandé à tous les présents de tenir debout et élever les deux bras à plat et les paumes vers lui, puis il a demandé : « Avez-vous senti le courant chaud dans la main ? Je vais vous transmettre du Gong pour dix minutes, et le Gong va dissiper les maux et fortifier le corps. » J'ai agi d'après les paroles de LI Hongzhi, mais je ne me suis rien senti, excepté le chaud du temps et l'air étouffant de la salle.

Ensuite, LI Hongzhi nous a enseigné quelques gestes de la pratique dont je ne peux pas souvenir car cette affaire s'est passée il y a longtemps. Ce que je me rappelle bien, c'est qu'il « ouvre l'Œil céleste » pour nous. Avant « l'ouverture de l'Œil céleste », il nous a dit : « Autrefois, il y avait un homme monacal de la dynastie des Ming qui s'est attaché par un serpent, puis le serpent a occupé le corps de cet homme et s'est formé un véritable corps humain. Comme sa nature est difficile à amender, il a incarné un grand serpent encore une fois pour jeter le trouble. Je l'ai trouvé très choquant et irraisonnable, donc je l'ai empoigné à la main et exercé le pouvoir de dissolution très fort. La moitié inférieure de son corps s'est fondu en eau, mais la moitié supérieure s'est enfuie… L'année dernière, il a cherché des poux dans ma tête encore une fois, comme il a souvent commis des méfaits et dérangé mon émission de Dafa, je l'ai anéanti totalement. (Après cette consultation, j'ai lu la description vivante de cette affaire dans le livre Zhuan Falun où il présente cette histoire avec tous les détails. Il semble que LI Hongzhi est très fier de son pouvoir de dissolution : non seulement il le propage partout, mais aussi il l'écrit dans son livre). Après la présentation de ses « capacités supranormales », LI Hongzhi nous a demandé de fermer les yeux et d'axer le index et médius sur le milieu des sourcils de manière qu'il ouvre notre l'Œil céleste par ses idées. J'ai agi comme ce qu'il a dit, mais je ne me suis rien senti non plus sauf le chaud du temps.

Après l'émission du Gong, il a commencé à traiter les malades, le premier était un arthritique. Au début, LI Hongzhi a battu l'homme sur le dos avec ses paumes. Paf! Paf ! Il a brandi ses paumes comme une femme en disant : « Je suis en train d'émettre du Gong sur le siège de la maladie », une demi-heure plus tard, LI Hongzhi a sué dû à la haute température de la salle. Et puis, le malade s'est empressé de dire « ça y est, ça y est, je n'ai pas mal maintenant. » À ce moment-là je me disais : Bien que je n'aie pas senti le Gong émis, il paraît de ce fait un sorcier. Mais inespérément, j'ai éprouvé une grande déception pour ce qui se passerait ensuite.

Après « guérir » l'arthritique, un bossu a suivi. Il avait l'air d'avoir quarantaine ou cinquantaine ans. Sa bosse était sévère comme celle de chameau. Dès qu'il était monté la scène, il a demandé à LI Hongzhi de le faire redresser le dos. LI Hongzhi nous a dit : « Alors, ça a l'air de perdre votre temps, mais je ne peux pas rester indifférent à sa douleur. Je vais l'examiner. » Puis il a examiné le dos de cet homme et lui a émis du Gong en frottant et battant le dos, ses gestes éblouissants étaient tout comme les grands maîtres de kungfu qui traitaient les blessés dans les films. Voyant qu'il n'y avait aucune amélioration sur le dos, il a poussé la bosse de cet homme avec son genou. Mais le bossu a clamé sa douleur à chaque coup, donc LI Hongzhi n'a fait que le laisser quitter la scène. Puis, il nous a dit : « le karma de cet homme est très grave, quoique ça je le presque guéris, il pourra se redresser le dos dans un instant. » En ce moment-là, j'ai entendu chuchoter les gens auprès moi : « bof, le Maître ne peut que le laisser comme ça », « C'est un rodomont », etc..

À ce moment-là, l'homme couchant sur le brancard était porté sur la scène, il avait l'air très gravement malade, même ne pouvait pas marcher lui-même. J'ai aperçu que l'habit de LI Hongzhi était tout mouillé de sueur alors, il a jeté un coup d'œil sur cet homme et dit : « ta maladie est à cause de ton karma grave de l'existence dernière, ça pourrait exiger beaucoup de temps et d'énergie pour la guérir, en ce cas-là, tous les présents seraient impatients, tu peux descendre pour un instant, je vais t'émettre du Gong après cette consultation. » Ainsi donc l'homme était porté dessous, et il y avait plus de murmures entre les auditeurs dont plusieurs ont commencé à quitter la salle.

LI Hongzhi a continué à prôner le Gong, voici ses idées principales : « les maladies sont le karma de l'existence dernière, on doit croire que toutes les maladies peuvent être guéries par la pratique du Falun Gong, si on cesse de prendre des médicaments, de consulter les médecins, et laisser aller les maladies, il y en aura qui vous guérit », etc.. Comme j'ai déjà vu les « grands pouvoirs supranaturels » de ce « Grand Maître », je ne me suis plus intéressé à ce dont qu'il parlerait, j'ai quitté la salle.

Il se faisait encore tôt quand je suis sorti de la Maison, donc j'ai flâné autour de l'entrée pour acheter quelque chose et passé le temps. Quelques minutes après, la consultation a fini et tous les auditeurs sont sortis l'un à la suite de l'autre. J'ai vu plusieurs personnes porter le brancard, monter un wagon de marchandises et partir. Un instant plus tard, le bossu est sorti de la Maison, avec la même bosse. Il a hésité pour un moment et pris un autobus enfin.
  

(Kaiwind.com, le 1er septembre 2009)

  
 Les articles concernés
 
 
fr@kaiwind.com  À propos de nous
Copyright © kaiwind