中文 | BIG5 | Español | Français | Deutsch | Русский | 日本語 | 한국어 | English
Beijing Time:
 
Mentuhui a escroqué le trésor familial de ma mère (avec les images)
2017-03-16  sources:Kaiwind  Auteur:Narrateur: YANG Yongzhen Auteur: XIN Mu

 

Photo de CHEN Yuhui

Je m’appelle YANG Huizhen, féminine. Titulaire du baccalauréat j’ai 43 ans maintenant. Je suis une employée dans une société des métaux non ferreux dans le district Baoxing de la province du Sichuan. Ma mère s’appelle CHEN Yuhui. Elle est née en 1948, diplômée dans une école primaire. Elle habite dans le 6e groupe de la commune Lijia du village Pianma du district Baoxing. Il y a 10 ans, les membres du Mentuhui ont escroqué le trésor familial de ma mère sous le prétexte de la donation. Ayant su la vérité, ma mère s’est mis en colère et elle est tombée malade. Elle risquait de mourir. Ainsi, qu’est-ce qui s’est passé ? Je vais vous raconter les faits.

On remonte au 16 juillet 2003. Ce matin-là, mon mari, mon fils de 5 ans et moi sont rentrés pour féliciter l’anniversaire de ma mère. Arrivés, la porte était bien verrouillée. J’ai crié ainsi maintes fois « mère » !, mais pas de réponse. J’ai pensé ainsi : c’est déjà midi. Même ma mère est allée travailler, elle doit rentrer. Alors, je l’a attendu dans le jardin. Soudain, mon mari m’a dit : « Zhenzhen (mon surnom), tu vois, ma mère est rentrée avec son sac. Elle est juste en face de la rue. Mais qui est sa compagnie ? »J’ai levé ma tête. C’était ma tant que je ne l’ai pas vue depuis longtemps. Ainsi, j’ai dit à mon mari : « Elle est la cousine de ma mère, CHEN Guilan. Elle s’est remariéeet elle est partie pour la province du Zhejiang il y a 10 ans. On n’a plus de ses informations. »Puis, ma mère et ma tante étaient à la maison. En nous rencontrant, ma mère était étonnée, elle nous a interrogés : « Ah ! Pourquoi vous rentrez ? »Je lui ai répondu : « Mère ! Tu as oublié ? Après la mort du père il y a 2 ans, on ne félicité plus ton anniversaire. Aujourd’hui, c’est ton 55e anniversaire. Nous sommes ici pour ça. »

A ce moment-là, ma tante a dit : « Zhenzhen, tu as vraiment une bonne mémoire et la pitié filiale. Est-ce que tu me reconnais ? » J’ai dit par la suite à ma tante : « Je vous reconnais, vous êtes la cousine de ma mère. J’ai entendu dire que vous avez gagné une fortune au Zhenjiang. Donc, vous menez certainement une bonne vie. » Ma tante a dit qu’elle a fait des affaires des bijoux et qu’elle devait aller dans les 4 coins du pays et ma vie était assez bien. Après des causeries, ma mère a pris la clé pour ouvrir la porte. Et ma mère m’a demandé de prendre son sac dans sa chambre.

Prenant son sac qui pesait un peu lourd, j’ai demandé ainsi à ma mère qu’est-ce qu’il y avait dans son sac. Ma mère m’a répondu d’une façon fiévreuse : « Tu as raison. Il y a un trésor le plus précieux. C’est la bénédiction de Dieu. Il nous donne les manuscrits évangiles et les miracles. » A ce moment-là, je n’ai pas compris. Quand je voulais questionner le sens du miracle, la tante a dit ensuite : « Zhenzhen, je dois te dire que le monde change maintenant. Les catastrophes se multiplient. La Terre va exploser. Sauf les croyants en Christ Sanshu, personne ne peut être épargné… » Elle n’a pas fini, mais mon mari m’a demandé de mettre les choses dans la chambre et je suis allé cuisiner.

Après la cuisine, mon mari et mon fils étaient déjà à table. Ma mère et ma tante sont restées encore dans la chambre, j’ai crié ainsi : « Mère ! La cuisine est faite, allez manger. » Ma mère a répondu : « Nous sommes en train de prier. Vous pouvez manger, il suffit de nous laisser quelque chose à manger. » Un peu plus tard, ma mère et ma tante sont allées à table. Après avoir vu pleins de plats, ma mère a chuchoté à ma tante : « Cousine, regarde ! L’apocalypse va arriver, mais vous, les personnes mondaines mangent encore si beaucoup. Comme ça, comment peut-on vivre dans le temps de la famine ? » Je voyais ensuite que ma tant a hoché la tête et qu’elle a reversé deux tiers de riz dans le bol (un truc pour contenir le riz qu’on n’a pas mangé). Par la suite, elle est retournée dans la chambre.

Voyant les actes anormaux de ma mère et de ma tante, mon mari et moi, nous ne comprenions pas du tout. Pour bien savoir ce qui s’est passé, nous avons laissé mon fils jouer dans le jardin. Puis, nous sommes arrivés d’une manière furtive à la porte de ma mère. Nous avons entendu leur bavardage : « L’apocalypse va arriver. Dieu sait bien et il va aider les membres du Mentuhui. La nourriture et l’eau pour la vie, il faut les manuscrits divins pour se fortifier. La donation de l’argent et des biens, tout est pour réveiller le monde. Un peu plus tard, mon mari m’a trainée dans le jardin et il a dit : « Zhenzhen, tu as compris ? Ta mère et ta tante croient en Mentuhui. J’ai entendu dire que le Mentuhui est une organisation illégale. L’Etat a sorti des mesures pour supprimer cette organisation. » J’ai dit : « Guangjun, j’ai constaté qu’elles sont bizarres quand elles sont rentrées. Mais comment puis-je les dissuader ? »Mon mari a répondu : « On peut les faire venir. On peut les interroger d’une façon ambiguë sur la situation. Puis, on peut avoir sans doute des solutions. » Après les paroles de mon mari, nous sommes revenus devant la porte. Quand je voulais frapper à la porte, j’ai entendu les dires de ma mère et de ma tante : « Cousine, tu es un des Dieux descendant du Mentuhui. Tu es allé chez moi pour diffuser l’évangile et nous raconter les miracles pendant plus d’un mois. Donc je voudrais savoir où Dieu va nous amener au paradis ? » Ma tante a dit : « Yuhui, n’inquiète pas. Il suffit qu’on soit attentif pour réciter les manuscrits du Dieu et prier honnêtement. Puis, quand on a un niveau de Gong bien correspondant, Dieu va nous amener au paradis. De plus, ce jour-là, tu as entendu les paroles du Dieu. Après que tu deviens une divine, Dieu va te rendre ton trésor. »

J’ai compris que la donation est une glace précieuse issue de son ancêtre (c’est une glace ovale. Sa bordure est décorée des formes en pétale. Les deux côtés sont incrustés des phénix d’or volant. Les plumes des ailes sont bien fines. Les yeux sont décorés des diamants étincelant. Quand on ouvre sa couverture, d’un côté, c’est une glace ordinaire, de l’autre, une loupe. On peut même bien voir les poils sculptés. Bien que cette glace soit fabriquée depuis longtemps, sa matière d’or est encore brillante et se répand la couleur rouge foncée. J’ai entendu mon grand-père dire que c’est une glace précieuse venant du palais de Qianlong. Cette glace est un trésor familial et elle a une grande valeur.). De ce fait, j’ai appelé mon mari à pousser la porte. Nous étions étonnés par la scène dans la chambre de ma mère. On a vu 3 bougies dans la chambre. Ma mère et ma tante entrefermaient leurs yeux. En face d’elles, il y avait un croix dans une serviette blanche suspendue sur le mur (enfin, je sais que c’est le drapeau du Mentuhui). Elles ont prononcé sans cesse les contenus des manuscrits.

J’ai demandé à ma mère : « Mère ! Tu as doté ton trésor familial ? Avant le décès du grand-père, il l’a confié à la grand-mère. Puis, elle vous l’a donné à son agonie. Elle vous a dit qu’il faut faire passer ce trésor de génération en génération. Vous dites qui tu as confié ça ? » Après mes paroles, ma mère a ouvert ses yeux. En les fixant, ma mère a crié : « Cela n’a rien à voir avec toi. Je l’ai donné à Dieu. Dieu peut bien préserver ça. » Entendant ses paroles, je ne pouvais presque pas empêcher de se mettre en colère. J’ai dit de nouveau à ma mère : « Mère ! Tu es sûrement trompée. La glace est un trésor précieux. C’est issu de nos ancêtres. On ne peut pas le donner aux autres. » Mais ma mère a fermement répondu : « Dieu n’est pas un étranger. Je suis sa croyante fidèle. Quand je deviens divine, Dieu va me rendre. »Je n’ai su rien faire, je ne pouvais dire : « Mère ! Votre trésor pour Dieu est déjà vendu par les autres. Si vous ne le croyez pas. Je peux t’amener pour voir la vérité. » A ce moment-là, Ma tante avait ainsi l’air paniqué, elle a dit : « Zhenzhen, Dieu habite juste au premier étage du bâtiment près de la station des autobus du district. Du fait qu’il fait déjà tard et que c’est un peu éloigné, il n’est pas sécuritaire d’y aller maintenant. Je vais y vérifier demain. C’est bon ? » Mon mari m’a jeté un coup d’œil pour indiquer que je devais être d’accord…

Le lendemain matin, je suis allée pour appeler ma mère à s’éveiller. J’ai vu que sa porte était ouverte. J’ai supposé que ma mère et ma tante s’est levée. Ainsi, je voulais retourner. Mais j’ai entendu la voix de ma mère. Je suis entrée dans la chambre. Ma mère était distraite et s’est assise avec stupidité au bord du lit. Elle murmurait. J’ai demandé ainsi à ma mère ce qui s’est passé, où était ma tante. Ma mère a répondu d’une manière discontinue : « Hier soir, j’ai prié avec ta tante. Mais je ne sais pas où j’ai dormi. Quand je me suis éveillée, ta tant est disparue. » Entendant ses paroles, la situation devenait pire. Ma mère fuyait furtivement pendant le sommeil de ma mère. J’ai relevé ma mère et appelé mon mari avec mon fils à aller tout de suite au district. Quand nous sommes arrivés dans « l’appartement » de Dieu, personne n’était à l’intérieur. Sur une table près de la fenêtre, il y avait deux livres l’amour maternel bienveillant et la voie brillante d’une âme. Les prospectus du Mentuhui étaient dispersés sur le sol. Quand nous sommes descendus, le propriétaire a dit : « Quand il ne fait pas jour, une femme a appelé un homme à partir. Pendant leur sortie, elle dit à l’homme que quelque chose s’est passé. Il faut rentrer au Zhejiang. » Ayant acquis ces informations, nous sommes venus à la police. Après avoir raconté les situations, l’agent LIU qui nous a reçus a dit : « On a su le nom de la femme d’entre les deux membres du Mentuhui. Elle s’appelle CHEN Guilan. Mais, on n’a pas son adresse de la province. De plus, on n’a pas le nom de l’homme. Pas beaucoup de pistes, donc il est difficile d’élucider cette affaire.

Sortis de la police, mon fils a dormi sur le dos de mon mari. En tenant ma mère par la main, mon mari et moi étaient dans la route du retour. Nous avons entendu parfois les murmures de ma mère : « Hélas ! Je suis si conne. C’est trompeur, les bonheurs pour s’intégrer dans le Mentuhui, la prière pour la sécurité et la donation pour acquérir le bonheur ! » Pendant le retour, j’ai réconforté ma mère : « Mère ! Ne t’inquiète pas tant. C’est juste une perte financière imprévue pour résister au malheur. »Un peu plus tard, ma mère a répondu : « Hélas ! Que ce soit notre seul trésor familial ! J’ai promis à ton père de le faire passer de génération en génération. Alors, maintenant, je l’ai perdu. J’ai déçu nos ancêtres. »

Voyant la dépression de ma mère, mon mari et moi avons décidé de l’amener à rentrer. Arrivés à la maison, ma mère a pris une hotte sous le toit. Elle a marché tout droit dans sa chambre. Elle a pris tous les prospectus et les livres du Mentuhui dans la cuisine. Puis, elle les a versés dans le trou du four pour tous brûler. Pendant le dîner, ma mère a peu mangé. Elle a dit qu’elle avait peu d’appétit.Après les simples rinçages, Elle est allée dormir… Le lendemain matin, quand j’ai appelé ma mère à se lever, j’ai trouvé qu’elle avait de la fièvre, divaguait et tressaillait. Mon mari et moi l’avons envoyée tout de suite à l’hôpital. Elle a récupéré des jours plus tard.

Après quitter l'hôpital, Mon mari et moi, nous nous en sommes fait de sa santé faible et de sa dépression à cause de sa perte du trésor familial. Nous l’avons prise chez nous. Elle a habité chez moi pendant une période, sa santé est devenue de plus en plus bonne et elle a retrouvé son énergie. Elle a eu même la volonté de faire des ménages. Mon mari m’a dit : « Zhenzhen, notre fils doit aller à l’école maternelle pour un ou deux ans. De ce fait, ta mère peut s’occuper de lui. Elle n’a pas besoin de rentrer. » J’ai trouvé que mon mari avait raison. Quand j’étais petite, mon père a pris son décès. Ma mère s’occupait de moi toute seule et elle m’a donné l’occasion d’aller à l’école. Cela n’était pas facile. A ce moment-là, elle était déjà âgée. Je me préoccupais du fait qu’elle habitait toute seule à la campagne. J’étais d’accord avec mon mari. Ma mère restait ainsi chez moi. Un an plus tard, ma mère a vendu la maison à la campagne. De là, ma mère habite avec moi jusqu’à présent.

Maintenant, plus de 10 ans sont passés. Quand certains mentionnent le Mentuhui, elle convainc les autres de sa propre expérience : le Mentuhui est trompeur. Il est juste un culte pervers. Il ne faut pas le croire.

 

0
  
 Les articles concernés
  · J’ai enterré mon père, un croyant du Mentuhui, d’une façon furtive
  · « Des avantages »promus par Mentuhui privent de la vie du peuple
  · Étonnant ! Une adepte d’une secte Mentuhui a tué sa mère en tirant ses organes internes
  · Laprière tue
  · « Mentuhui », une vraie secte selon les fonds de croyance
  · Ils ont mis la morte devant la « bannière de la victoire » avec quatre jours de prières dans l’espoir de lui redonner la vie.
 
 
fr@kaiwind.com  À propos de nous
Copyright © kaiwind