中文 | BIG5 | Español | Français | Deutsch | Русский | 日本語 | 한국어 | English
Beijing Time:
 
« Après avoir renoncé à l’hérésie, j’ai ouvert mon centre de guérison de médecine chinoise »
2018-02-05  sources:Kaiwind  Auteur:LI Jian

En 1985, j’ai fini mes études de médecine préventive dans l’École de l’Hygiène public de l’Université de l’Ouest-Chine de Médecine et ai été affecté dans le service de contrôle des maladies de la Station antiépidémique de la Commune de Dazu de la ville de Chongqing. Au parallèle de mon travail, j’ai aussi coopéré avec l’Hôpital pédiatrique de l’Université de Médecine de Chongqing. En 1987, mon article « Étude évolutive de l’inspection et de la surveillance des maladies à Dazu » a obtenu le 2ème prix des Résultats de Médecine et de Technologie de la Direction de l’hygiène de la ville de Chongqing et le 3ème prix du Progrès scientifique et technologique du gouverrnement populaire de la Ville de Chongqing ; plusieurs de mes articles ont été publiés dans le magazine Étude chinoise des épidémies. Avec mes accomplissemnts brillants au travail, je suis devenu chef du service de contrôle des maladies de la Station antiépidémique de la Commune de Dazu en m’occupant de contrôle antiépidémique général de la commune. À vrai dire, mon parcours professionnel s’avère plutôt sans obstacles et je suis parmi les meilleurs de la génération et joue un rôle central dans le travail antiépidémique.

Celui au centre et en costume noire est Li Jian

Pourtant, devenu un cadre intermédiaire, je suis devenu inadapté aux relations complexes professionnelles et me suis prolongé dans les ennuis de la réalité et les rêves de l’idéal. À l’université, puisque j’apprenais la médecine, ignorante des affaires du pay, j’avais la tendance d’adopter l’extrémité en traitant des questions et faisais défaut de la capacité de distinguer le vrai du faux, face aux phénomènes néfastes de la société, j’étais plutôt imprévoyant. C’est à ce moment que j’ai fait l’introduction au Falun Gong, et c’est à ce dernier où je résiderais certains de mes vœux irréalistes en abandonnant décidément ma réputation, mes intérêts et mes sentiments. Je ne voulais que devenir divin à travers ma pratique du Falun Gong. Ayant acheté plein d’ouvrages sur le sujet, j’ai consacré la plupart du temps libre dans l’apprentissage du Fa, pour certains livres, je les ai mêmes parcourus plusieurs fois. Pensant que la propagande du Fa est un mérite qui m’apporterait beaucoup, j’ai organisé pendant presque tous les jours fériés des campagnes de propagande au sein du pôle d’apprentissage. Pendant ce temps-là, moi, qui y était tellement accro que je rêvais dans la nuit que Li Hongzhi me canonisait, je me croyais divin et me voyais me passer de nécessités ordinaires.

Ensuite, avec mes « efforts » consacrés dans la pratique du Fa, je suis devenu chef du pôle d’apprentissage du Falun Gong à Dazu. S’étant rendu compte de mes problèmes mentaux, les miens ne cessaient de m’aider et m’instruire de façon attentive, mais je ne m’en suis jamais sorti. En juin 2003, j’ai été puni par la loi pour avoir exercé des activités contre-propagande.

Entre-temps, mon état d’esprit a connu une transition douloureuse : au début, j’avais peur que le divin le plus supérieur - Li Hongzhi - doive m’abandonner si j’ai renoncé à la pratique et à la croyance du Fa ; j’avais aussi peur d’être la Une des journaux et d’être discuté par le peuple ; ce que j’ai craint le plus, c’est le fait que j’ai condamné le Fa contribuerait à sa destruction, et je me verrais ainsi condamner à l’enfer. Mais avant la Fête du printemps 2005, mon grand frère a été tué dans un accident de route, il voulait en fait venir me voir. J’étais complètement prolongé dans la désolation. À ce moment-là, j’interrogeait Li Hongzhi : « Tu avais prétendu que la pratique assurera la sécurité, la pratique du Fa par un membre de la famille bénéficie à la famille entière. » Néanmoins, mon frère a quitté le monde avant son terme sur sa route d’aller me voir. Où est allée ta bénédiction ? Je n’avais rien que des regrets et haines en pensant à cela. Dès lors, j’ai commencé à avoir des doutes sur le Falun Gong. Je me croyais ingrat envers ma famille, envers la société et mon propre carrière. Au moment où la patrie avait besoin de mes contributions, je lui ai créé des ennuis.

En 2006, je suis revenu mentalement dans la science médicale. J’ai profité de mon temps libre pour feuilleter un grand nombre d’ouvrages de la bibliothèque et concentré mon attention dans les recherches de l’accuponcture de la médecine chinoise et la médecine de guérison et de protection de la santé. Par la méthode de médecine chinoise, j’ai inventé un moyen de réponse rapide à la diffusion de taille de la grippe dans la population, ce moyen s’est ensuite avéré efficace dans la pratique. En juin 2011, j’ai repris ma passion réelle qu’est le travail médical.

Retourné dans la société, j’ai refusé de diverses séductions hérétiques. En 2011, j’ai obtenu la qualification de l’accuponcture mention saté maladive après avoir suivi des cours relatifs organisés par la Direction d’hygiène de Chongqing. J’avais aussi comme maître Monsieur Xiang Chengdong, qui est un médecin-chercheur clinique spécialiste de la médecine chioise et qui me donnaient des instructions sur l’accuponcture de sa famille et la méthode de traitement par des médicaments et la pression digitale sur le point d'acupuncture. En mars 2012, mon centre de guérison s’est ouvert dans la rue de Tang Xiang à Dazu et des résultats de traitement satisfaisants ont été acquis par la suite. Durant les quatres années suivantes, 85% - 90% des patients qui avaient subi de différentes maladies têtues et complexes étaient ravis de les voir atténuer après leur première visite chez moi. En 2013, à l’occasion de la 8ème édition du Forum sur le développement de la médecine chinois, je suis devenu, sous l’égide de la Confédération nationale de l’Hygiène de Chine, un commissaire spécialiste dans la Commission nationale des spécialistes contre les maladies tenaces. J’ai retrouvé dans le travail ma valeur de vie en tant que médecin.

Après le cauchemar l’aube. Je n’oublierais jamais ces leçons inoubliables. Pour un chimère, j’avais commis des actes néfastes à la société et aux familles qui pertubaient l’ordre normal de la vie et du travail. Cela me rend honteux. Il n’y a certainement pas de divinité, pas d’ascension vers le ciel, il faut toujours avoir les pieds sur terre et être réaliste.

(rédacteur responsable : Xin Mu)

 

0
  
 Les articles concernés
  · L'avenir d'un jeune intelligent est en jeu car il est orienté vers la culte pour apprendre Qigong
  · Xue Hongjun : sans instruction de Li Hongzhi, l'événement de l'auto-immolation par feu n'aurait pas eu lieu (images)
  · Wang Ruimin: Falun Gong a violé nos droits de l'homme
  · Média américain: l'intérêt politique derrière la représentation de Shen Yun
  · Dix décès de femmes épines dorsales de Falun Gong
  · Le Falun Gong est contre la science et la raison
  · Quatre faux films réalisés par Li Hongzhi ( figures )
  · D’où viennent les ressources financières de LI Hongzhi ?
  · Une mère perd sa vie en poursuivant la voie de Falun Gong
  · La Police russe a dispersé un grand rassemblement organisé par Falun Gong
  · Le Falun Gong a tué LONG Yanan
  · Mon Voisin M.Wang a quitté le monde tout seul
  · Le prix lourd pour poursuivre la « perfection » (avec les images)
  · On aide Mme QI à sortir l’obsession de « la perfection » en recourant à la thérapie narrative
  · Les expériences malheureuses de Zheng Zhiming
  · La raison pour laquelle ils sont séparés par la mort
  · Deux femmes venues de la ville Baotou se sont suicidées en tombant du haut juste pour «devenir immortelles et monter vers le paradis»
  · Ayant acheté des produits raticides, elle a compté les jeter dans des puits du village
  · Le Fanlun Gong a détruit la famille du Professeur Chen
  · Transformer les pratiquants «double personnalité» en comptant sur les moyens sur l’esprit et sur la pensée
  · «Xiao Ye, cause de la séparation du vieux couple»
 
 
fr@kaiwind.com  À propos de nous
Copyright © kaiwind